L’océan, un aspirateur à CO2 ?

On dit que le l’océan est le deuxième poumon de la Terre après les forêts car il attrape le dioxyde de carbone. Mais de quelle manière ?

L’océan est constitué de différents organismes qui s’organisent sous forme d’un grand réseau trophique, ou autrement appelé de manière simplifié « chaîne alimentaire ». On trouve ainsi à sa base les phytoplanctons (les « végétaux » marins) qui sont mangés par le zoo-plancton, ou plancton « animal », eux-mêmes consommés par les plus gros « poissons ». Enfin, on retrouve  les plus gros organismes comme les mammifères marins, les raies, les requins, … au sommet de cette chaine.

Phytoplanctons – Credit : http://www.plancton-du-monde.org/

Revenons à nos phytoplanctons… Pour se développer ces organismes réalisent la photo-synthèse de la même façon que les « végétaux » terrestres. De manière très grossière, pour se nourrir, ils absorbent le CO2, fixent le carbone dans leur organisme et rejettent de l’oxygène en utilisant l’énergie lumineuse comme « moteur » pour réaliser cette transformation. Le zooplancton se nourrit donc du phytoplancton qui contient du carbone. Lorsque ces organismes meurent, il coulent vers les profondeurs où ils vont sédimenter dans le fond de l’océan (c’est aussi ça l’origine des montagnes calcaires, du pétrole…). C’est le principe de la « pompe biologique à carbone ».

Grâce à nos chers phytoplanctons, l’océan mondial absorbe environ 30 % de nos rejets de gaz carbonique. Et là vous pouvez vous dire que c’est pas si mal en fait de produire du dioxide de carbone puisque ça donne à manger à ces bêbêtes… Et ben le problème c’est qu’on rejette tellement de CO2, que tout ne peux pas être absorbé …

Et quel est l’impact d’une augmentation de CO2 dissous dans les océans ? Je vous invite à lire l’article : L’acidification des océan pour les nuls, pour la réponse :-).

Référence – R. Albright, C. Langdon, and K. R. N. Anthony (2013). Dynamics of seawater carbonate chemistry, production and calcification of a coral reef flat, central Great Barrier Reef. Biogeoscience 10, 6747-6758.

 

Peace !

Étiqueté

1 commentaire sur “L’océan, un aspirateur à CO2 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *