Katharina, AIMS

Katharina Fabricius est une chercheuse en biologie/écologie marine. D’origine allemande, elle travaille désormais à Townsville dans le Queensland en Australie où elle étudie plus particulièrement l’impact du changement climatique et des différentes pressions sur la Grande Barrière de Corail à l’Institut Australien des Sciences Marines (AIMS).

Lors de son stage entre janvier et mars 2017, Jenna a travaillé dans son équipe et a pu l’interviewer sur son travail.

Voici l’interview de Katharina, qui nous parle de l’état actuel et des menaces qui pèsent sur la Grande Barrière de Corail :

Plus d’informations sur les recherches de K. Fabricius :

AIMS – Dr Katharina Fabricius 

———————————————————————————————–

— Script en français —

Présentation

Mon nom est Katharina Fabricius et je suis une écologiste spécialisée dans l’étude des récifs coralliens à l’Institut Australien des Sciences Marines. J’ai grandi à Munich, mais je suis venue en Australie en 1988 pour commencer à étudier comment la Grande Barrière de Corail répond aux pressions dues aux activités anthropiques.

Ancienne recherche

Mon thème de recherche était très accès sur l’effet de la qualité de l’eau sur les récifs coralliens, j’ai donc regardé l’effet des déversements d’origine terrestre sur le récif, chargés en nutriments et sédiments, et comment ils affectent l’écologie et la physiologie des organismes présents sur le récif le long de la Grande Barrière de Corail.

La Grande Barrière de Corail : un lieu unique de vie

Le récif corallien est un des plus importants écosystèmes dans le monde. Il y a probablement 1 million d’espèces animales et plantes qui vivent au sein du récif, et il reste encore beaucoup d’espèces non identifiées, le récif corallien est un écosystème fondé par des organismes vivants.  Il forme un habitat pour toutes les espèces, alors si le corail est stressé, les habitants le seront aussi, engendrant ainsi : disparition, dégradation…  Vous devez garder à l’esprit que la Grande Barrière de Corail s’étend sur une longueur équivalente à la taille de l’Italie, c’est un énorme système et le comprendre est très compliqué.

Recherche actuelle

Après avoir travaillé sur la qualité de l’eau, j’ai étudié l’effet du changement climatique et de l’acidification des océans sur les récifs coralliens. Maintenant, après 25 ans de recherche, je suis très intéressée par l’impact de l’activité humaine sur les récifs coralliens et sur le changement climatique et l’acidification des océans en même temps. La Grande Barrière de Corail n’est pas seulement exposée à une seule pression mais une multitude de pressions. On essaie de regrouper un maximum d’informations scientifiques pour alerter les responsables politiques et le grand public sur comment le récif souffre et comment il pourrait devenir dans une période de 15-20 ans.

Etat actuel de la Grande Barrière de Corail

Par exemple, on a analysé les données prises sur le terrain pendant la surveillance de la Grande Barrière de Corail, et pour la première fois on a pu voir que la couverture corallienne actuelle est  réduite de moitié par rapport à il y a 27-30 ans. La couverture corallienne moyenne diminue continuellement. Et ces données ne proviennent que depuis qu’on a commencé les surveillances sur la Grande Barrière de Corail, on ne sait pas comment c’était par rapport à il y a 30-50 ans quand les pressions humaines ont commencé.

Impact sur la biodiversité

On regarde aussi l’effet de la qualité de l’eau sur les problèmes de biodiversité, et les recherches ont montré que la biodiversité est réellement impactée par la pauvre qualité de l’eau. Et ça vient en plus des pressions dues au changement climatique, du blanchiment des coraux et de l’acidification des océans.

Les événements de blanchissement de coraux

Actuellement, un grand événement de blanchiment corallien est en train de se passer, c’est ce qu’on va regarder la semaine prochaine pendant une surveillance de la Grande Barrière de Corail, voir l’étendue du blanchiment. Un gros événement de blanchiment est apparu en 2016, et avant d’énormes événements en 2002 et 1998.

La Grande Barrière de Corail sous différentes pressions

La fréquence de ces événements mortels augmente et en même temps l’intensité des tempêtes tropicales s’intensifie aussi, ce qui cause d’énormes dommages sur les coraux.  Les sédiments et les nutriments venant des terres dans l’océan, créent des foyers potentiels pour les étoiles de mer Crown Thorns qui se nourrissent des coraux, ce qui contribue grandement à la mort des coraux.  Le récif  sous différents types de pressions venant de l’activité humaine et ce qu’on peut espérer c’est qu’à ce stade on puisse réduire les apports sédimentaires dans la Grande Barrière de Corail pour que le récif soit au maximum de ses capacités pour se reconstruire. Et bien-sûr réduire les émissions à effet de serre le plus possible et le plus vite possible pour donner une chance au récif de continuer à exister aussi beau qu’il est maintenant, dans les années futures.

Impact économique

Le récif corallien est très important pour des raisons écologiques certes, mais aussi pour des raisons économiques. La Grande Barrière de Corail fait gagner 6 milliards de dollars à l’économie australienne.  Avoir un récif en bonne santé fait venir des visiteurs en Australie pour qu’ils puissent vivre une expérience inoubliable. Pour moi, c’est une des plus belles expériences que quelqu’un peut avoir. Même après avoir plongé plus de 300 fois sur la Grande Barrière de Corail, j’ai toujours autant le souffle coupé, aller sous l’eau et voir tous ces poissons, coraux, ces belles couleurs, cette biodiversité…. Quelque chose que je souhaite c’est que les enfants et petits-enfants soient aptes à voir ça. Alors, c’est de notre obligation de prendre soin de la Grande Barrière de Corail pour qu’elle puisse continuer d’exister dans le futur.

— Script in English —

Presentation

My name is Katharina Fabricius and I am an coral reef ecologist at the Australian Institute of Marine Science (AIMS). I have grown up in Munich in Germany but came to Australia in 1988 to start studying basically how the Great Barrier Reef is responding to pressure induced by human activities.

Old research

My research was very much on the effect of water quality on the coral reefs, so I have been looking at the effect of terrestrial run off, there is a lot of nutrients and sediments to the reef and how they changes the ecology and the physiology of coral reef organisms up and down the Great Barrier Reef.

Coral reef : A unique living space

So coral reef are one of the most marine systems in the world. There are probably a million species of animals and plants living on coral reef, we don’t know exactly the number, lot of species are still undescribed and coral reefs are an ecosystem that are formed by living animals.

So they are forming an habitat for all reef associated organisms like crabs, starfish, prawns, urchin s… so if the corals are stressed then the habitat for all of those plants and animals desapear or get destroyed or degraded.

And you have to keep in mind that the Great Barrier Reef is as big as the whole of  Italy, it is a very large system and understanding what is going on is incredibly complex.

Actual research

After doing work on water quality, I have moved more and more to studying the effect of climate change and ocean acidification on coral reefs. And now after 25 years of research, I am very much interested on the human impacts on the reef, on water quality, climate change and ocean acidification at the same time. The reef is not exposed one type of pressure but of a multitude of pressures.  So, what we are doing is trying to get as much scientific informations as possible to inform policy makers and the public of how the reef suffering today and how it will be in 20-15 years of time.

The actual state of the Great Barrier Reef

For example, we have analyzed the existing long term monitoring data from the Great Barrier Reef and for the first time I have shown that c oral cover on the Great Barrier Reef is now only half of what it was 27 to 30 years ago ! So coral cover average on the whole Great Barrier Reef have been continuously declining to now an average of only 13 % of coral cover.

And that is only when we started monitoring, we don’t know how it would have been 30 or 50 years ago when human pressure started to build up.

Additional research

We also looking at the effect of water quality on biodiversity issues, on a balance between reef accretion and reef erosion and what we finding is that biodiversity and reef build up are very much suffering on poor water quality.

And that is complementing the pressures that are coming into the reef, from climate change, from coral bleaching and from ocean acidification.

Bleaching events and tropical storms damage

So right now, we’ve got, another large bleaching events happening, that we are going to see next week to survey the extend of the reef affected by bleaching. A big bleaching events happen last year in 2016, and before we had a massive bleaching events 2002 and 1998. So the frequency of this massive mortality event is increasing and at the same time the intensity of tropical storms is getting greater which also causing massive corals damage.  And the sediments and nutrients coming from the land, into the ocean are causing outbreaks for crown thorns starfish which eating corals, they further contributing to kill corals. So the reef is under pressure from all different type of human activities and all we can hope a this stage is to really try to reduce the run off of sediments and nutrients on the Great Barrier Reef to allow the reef maximum capacity to recover and also obviously cut green house gaz emission as much as possible and as quickly as possible to give the reef a chance to continue existing as beautiful as it is today in 50-100 years time.

Economic impacts

So, coral reefs are incredibly important for ecological reasons  because they are an habitat for so many species but for addition they are also very important for an economic point of vue. The Great Barrier Reef earns, to the australian economy every year 6 billion dollar in tourism income.

And having a healthy coral reef means that visitor still continue to come to Australia spend tourisms dollar and have a once in a life time experience to see a beautiful coral reef which for me is one of the most amazing experience that a person can have. Even having dive 300 times on the reef, it is still breathtaking to go down see all this fish and corals and all this beautiful colors, all the biodiversity. And this is something I wish that children and grand children will be able to continue to see. So, we have an obligation to look after the coral reef so they will continue to exist in the futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *