La saga des abeilles – Chapitre 4

Chapitre 4 : La disparition des abeilles

Dernier volet de la saga des abeilles ! On ne pouvait pas parler des abeilles sans traiter du sujet sensible: leur disparition. Notre société devrait plutôt s’en inquiéter puisque 30% de notre alimentation est directement lié au travail des abeilles. Ce qui rend leur disparition tant interpellante qu’inquiétante. L’Homme de par son agriculture de masse, est plus que responsable de la mortalité des abeilles (et de tous les insectes). Mais malheureusement les politiques actuelles mettent trop de temps à comprendre et prendre en compte l’enjeu de cette disparition.

En plus de leurs nombreux prédateurs (araignées, souris, frelons, guêpes…) et des maladies (varroa, fausses teigne, loques…), les abeilles sont soumises à de nombreuses menaces anthropiques : insecticides, transhumances traumatisantes, maltraitance, etc. L’Homme ne se prive pas de déranger la vie tranquille et fastidieuse de ces petites fées de la nature. En France leur mortalité est passée de 5 à 30% en une vingtaine d’année (UNAF, 2017). Voilà où nous en sommes arrivés : «The United States Fish and Wildlife Service a récemment officiellement classé les abeilles comme espèce en voie de disparition, renforçant ainsi la menace qui plane sur tout le cycle de la vie, humanité comprise. » (Médiapart, août 2017). Le taux de mortalité s’aggrave d’années en années malgré le fait que leur rôle dans l’écosystème soit primordial. Pour vous donner quelques chiffres, à la sortie de l’hiver 2018 dans la région de Bruxelles, le taux de mortalité a frôlé les 50%. Cela ne s’était encore jamais vu dans le monde !

Depuis 2004, un nouveau danger qui s’accentue au cours du temps menace les abeilles. Il s’agit du frelon asiatique (Vespa velutina), récemment arrivé d’Asie avec l’importation en Europe. Pour la petite anecdote, il semblerait que l’insecte soit arrivé en France fin 2004 caché dans un chargement de poteries chinoises déposées vers Tonneins en Lot-et-Garonne. Lors du déballage de ces poteries, la reine frelon en a profité pour s’enfuir et à partir d’elle seule, élever ses larves. La prolifération a commencé. Il s’est rapidement acclimaté et son fort taux de reproduction présente une réelle menace puisqu’il envahit et détruit totalement les ruches. Les frelons se nourrissent des abeilles et ont une préférence pour le couvain (les oeufs et les jeunes larves). Seulement 10 frelons sont suffisants pour anéantir une ruche. Le problème est simple, l’abeille ne sait pas se défendre contre ses nouveaux prédateurs. Principalement disséminé dans le sud-ouest de la France, il s’est répandu vers l’est et son effet sur la mortalité des abeilles devient de plus en plus préoccupant. Soit dit en passant, l’Homme est en quelque sorte responsable de cette menace puisqu’elle est issue de l’importation !

Cependant, le problème majeur concernant les abeilles reste les insecticides. Ne pas confondre pesticides et insecticides puisque les pesticides regroupent les :

  • insecticides (contre les insectes nuisibles)
  • herbicides (contre les mauvaises herbes)
  • fongicides (contre les maladies causées par les champignons)
  • rodenticides (contre les rongeurs)
  • molluscicides (contre les escargots)
  • arboricides (contre les arbres malades)

Les principaux criminels reconnus à l’heure actuelle sont les néonicotinoïdes. C’est un ensemble de sept insecticides neurotoxiques, en bref des poisons qui agissent sur le système nerveux des insectes. Ces insecticides sont dits systémiques (ils agissent sur tous les organes de la plante), donc ils contaminent les abeilles à travers le pollen et le nectar. Certains les paralysent, ce qui entraîne leur mort, alors que d’autres les désorientent (INRA, 2015). Les abeilles ne rentrent plus à la ruche et la population décroît alors très vite. Certaines études montrent que ces substances actives altéreraient également la fertilité des faux-bourdons. Dès le début des années 2000 certains scientifiques ont commencé à alerter sur la menace de ces produits chimiques. Mais ce n’est qu’après des années de controverses et de batailles politiques que les néonicotinoïdes ont été interdits en France. Ils sont désormais bannis depuis le 1er Septembre 2018. Cependant, de nouveaux insecticides contenant du sulfoxaflor, (appelés «nouveaux néonicotinoïdes» par les apiculteurs et ONG), ont été autorisés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) fin septembre 2018. Du côté de l’Europe, trois néonicotinoïdes (sur les sept) sont bannis depuis le 19 décembre 2018. Les choses commencent à changer mais cela sera-t-il suffisant ? Les ONG, les apiculteurs dont l’Union Nationale de l’Apiculture Française continuent de se battre, coûte que coûte, contre les lobbies (et les gouvernements).

In fine, la surmortalité des abeilles engendre des problèmes de pollinisation. Prenez un champ, vous y mettez un rucher à proximité. La floraison n’en sera que plus abondante et la récolte meilleure.

Les agriculteurs sont dépendants des abeilles, voilà pourquoi dans certaines zones du globe, l’Homme commence à polliniser à la main comme les « Hommes abeilles » en Chine (Le Monde, 2014). Restons en Chine, premier exportateur de miel dans le monde, mais à quel prix ? Il se trouve que de nombreux miels importés ne sont en réalité que du «faux-miel» fabriqué avec du sirop de sucre (Reporterre, 2017). Attention au miel que vous achetez en grande distribution (ou plutôt n’en achetez pas ! Même le bio je ne vous le recommande pas). Préférez les apiculteurs locaux qui n’ont généralement pas de grosses productions. Les usines à miel sont à bannir, les abeilles sont maltraitées, elles sont pillées, subissent des traitements chimiques pour toutes sortes de maladies avec toutes sortes d’antibiotiques, pesticides, etc. L’Homme ne respecte pas assez les abeilles, il va finir par vraiment s’en mordre les doigts. La vie humaine est menacée par la disparition des abeilles: plus d’abeilles, plus de nourriture…

La saga des abeilles est maintenant terminée, prenez soin de ces petites bêtes, aussi mignonnes qu’indispensables !

 

Julia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *