Pourquoi si les requins disparaissent, nous disparaissons?

Voilà un titre choc, une Une d’enfer. Volontairement provocatrice on pourrait croire à une Breaking News version BMFRadio. Mais pourtant…

Qui n’a jamais eu des frissons en entendant parler d’histoires de requins, de mâchoires puissantes ou de grandes profondeurs. Ce n’est pas moi qui vous dirais le contraire (souvenir d’une drôle de rencontre en Nouvelle Zélande). Pourtant ces sélachimorphes sont primordiaux pour les écosystèmes marins, mais aussi terrestres. L’humanité en dépendra-t-elle donc ? Au passage, je suis sûr que vous avez appris un nouveau synonyme de requin, trop fort non ?

Les requins sont des poissons ( souvent de gros poissons, on est d’accord) qui vivent dans tous les océans du monde. Ils sont apparus il y a plus de 400 millions d’années, durant la période dite du Dévonien, comme nous préciserait la géologue de la Team. Autant se dire que nous, Homo Sapiens en herbe ,qui avons à peine 150 000 ans, sommes  bien jeunes par rapport à ces super prédateurs

Tiens Superprédateur, késako ? Ça mange tout ? Sans rien laisser pour les autres ? Que nenni, rien de tout ça. Au contraire, bien que tous carnivores, nos amis les requins ont souvent une alimentation bien définie et spécifique ; leur régime alimentaire change très peu. On parle alors de super prédateur, car bien souvent, les requins sont en haut de la chaîne alimentaire. (attention c’est un raccourci, car certains squales sont planctophages). La plupart sont donc au sommet de cette chaîne et mangent de gros poissons, qui eux en mangent des moyens,  qui à leur tour des petits, etc. Vous me suivez ? Génial car c’est là que ça se gâte. 

En effet, on parle bien de chaîne, avec des maillons, liés les uns aux autres.

Mais alors Lucette, pourquoi nous, bon terriens, pourrions bien être un jour menacés si les requins disparaissaient?

Pour comprendre ce phénomène, essayons de faire simple. Pour cela, allons à l’autre bout de la chaîne : le plancton et plus précisément le phytoplancton. Ce plancton végétal est mangé par le plancton animal (zooplancton). Lui-même est mangé par les poissons de plus en plus gros jusqu’aux fameux requins (vous avez vu, on reprend la chaîne, mais dans le sens inverse, génial). Si les requins tendent à disparaître, il y aura donc un risque de voir une explosion des populations de “petits” poissons qui eux mangent le zooplancton, lui même mangeur de phytoplancton. Vous suivez toujours ? 

Ce phytoplancton, énorme poumon de la Terre, tout comme les autres végétaux, a besoin de CO2 pour créer de l’oxygène via la photosynthèse. Or, si le CO2 n’est plus capté par l’océan et l’oxygène n’est plus rejeté, on est mal, vraiment mal Lucette. La disparition des requins bouleverserait donc de façon terrible la chaîne alimentaire. 

Allez, un dernier petit chiffre choc : ces fameux “phyto” produisent les ⅔ de l’oxygène présent dans l’atmosphère et absorbe environ 30% du dioxyde de carbone anthropogénique (produit par l’être humain)… Alors préparez-vous à être en apné.

Bien sûr cela est un scénario poussé à l’extrême, mais nous devons nous rappeler de la fragilité de l’océan et son lien étroit avec l’ensemble de la vie sur Terre. Nous devons TOUT à l’océan.

Pour info, selon l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) et la FAO ( Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture), 3 requins sont tués chaque seconde au travers le monde, soit plus de 100 millions par an… C’est un véritable massacre. 

Voilà, maintenant vous savez. Allez promis, pour le prochain “pourquoi”, nous parlerons de quelque chose plus réjouissant. En attendant prenez bien soin de vous, de la terre et de la mer. N’oubliez pas tout est lié 🙂 Ensemble nous formons une grande chaîne. 

Prenez 3 minutes pour regarder la petite vidéo suivante: https://www.dailymotion.com/video/x2nm4xc 

Jéjé

Sources

Liens vers un ancien article : http://lesvaguesabonds.org/index.php/2017/01/24/locean-un-stock-de-co2/

https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/zoologie-plaidoyer-requins-442/page/4/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *